Le journal de bord

15 Août 2018

L’escapade en Andalousie

posté dans : Le journal de bord

_DSC0040

Nous voici donc de retour pour la première fois depuis notre départ dans un endroit connu : la marina d’Alcaidesa. Ce n’était pas le plan initial, mais Véronique et Pierre souhaitent rentrer pour le we en Belgique et l’aéroport de Gibraltar semble être une bonne option pour rejoindre Bruxelles via Londres. On en profite d’ailleurs pour reprendre la photo des enfants devant le rocher.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a un an…

Un an plus tard

et un an plus tard

Cette seconde halte inattendue sera  l’occasion de découvrir l’Andalousie que nous avions complètement zappée il y a un an…une belle surprise.

L’après-midi de l’arrivée est consacrée, comme d’habitude, à gérer des détails pratiques : location d’une voiture, lessive, ship-shop (la bouée « fer à cheval » s’étant fait la malle durant le gros coup de vent de la traversée).  Nous terminons la journée par un très chouette resto bar à vin / tapas à La Linea de la Conception (c’est long mais c’est le nom du bled) pendant que les enfants s’offrent une soirée lasagne / vidéo sur Loustic.

10 août : retour en Europe

Tout le monde se lève de bonne heure (même si on aurait bien profité un peu plus longtemps d’un lit stable !) : nous voulons accompagner les coéquipiers à l’aéroport afin de les aider à porter leurs bagages. L’occasion de repasser ce fameux poste frontière Espagne-UK surprenant et qui semble toujours aussi dérisoire.

À 11h00, nous sommes dans la voiture.  Le retour à la civilisation reprend toutes ses formes : nous nous retrouvons bloqués dans un embouteillage géant sur la route de Cadix suite à un gros accident (il y avait même un hélicoptère). Tout le monde est resté bien calme, même Fred qui a tout de même trouvé un contournement par un chemin de terre après 1h30 d’avancée bien lente.

_DSC0048 _DSC0057

Petit arrêt dans le charmant village blanc de Vejer de la Frontera, perché au sommet d’une colline rocheuse surplombant la route de Cadix : dédale de rues sinueuses, jolis points de vue et ravissante Plazza de Espana avec sa fontaine ornée de faïences sévillanes.

_DSC0077 IMG_3897

_DSC0064 _DSC0066

_DSC0068 _DSC0070

_DSC0071

En route ensuite pour Cadix, où nous retrouvons avec surprise une grosse ville avec feux rouges, magasins et parking souterrain (:-)), ce n’est pas du tout l’idée que l’on s’en faisait. Nous suivons un parcours piéton dans le cœur ancien qui nous fait rapidement oublier ce second retour en Europe.

_DSC0092 _DSC0098

Saisissante vue sur toute la ville de Cadix depuis la Torre Tavira,

_DSC0104 _DSC0106 _DSC0108 IMG_3900

promenade sur les remparts avec vue sur la fameuse baie,

_DSC0123 _DSC0131

Nous terminons la journée par un vin / tapas (et oui, on s’habitue) sur une jolie place dans cette ambiance animée d’un soir en Espagne.

_DSC0132 IMG_3903

11 août : Tarifaaaaa

La météo a annoncé un Levente (vent d’Est), l’occasion unique d’aller tester le fameux spot de kite de Tarifa.  Juliette reste à la marina: comme à son habitude maintenant, elle a « fait intégra » sur le ponton et joue avec une petite fille de 3 ans Mellow, un très bon plan d’immersion en anglais en compagnie de ces Australiens sympas. Nancy et Violette partent quant à elle à la découverte de la vieille ville de Tarifa pour une chouette journée entre filles. Violette prend la carte en main et s’improvise guide depuis le marché colonial vers le mirador, en passant par les petites places pleines de monde et de musique.

IMG_3931 IMG_3944 IMG_3958 IMG_3959

Les garçons affronteront les 30 à 35 kts de vent de Valdevaqueros beach, une nouvelle première pour Téo qui a dû gérer ce nouveau spot, les fortes rafales de vent au milieu de cette horde de planches à voile.  Un papa de nouveau très impressionné et fier de son Lili.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On se retrouve à 4 en fin de journée « chez Charlie » pour un verre et quelques tapas locaux avant de retrouver Juliette à la marina.

12 août : les collines d’Andalousie

Lever à 8h30 et début de journée consacré au nettoyage du bateau : du bon vent est annoncé pour demain et il faudra partir pas trop tard. Un bon coup d’eau claire sur l’extérieur ne fait vraiment pas de tort pour retirer le sel embarqué lors de la traversée, ainsi que ces petites particules noires de pollution venant de la centrale thermique toute proche de Algeciras :-~.  Tout le monde s’y met, et à 11h00 nous voilà à nouveau dans la voiture.

Coup de téléphone à Baba qui fête aujourd’hui ses 80 ans.  Je suis surpris de la manière dont Téo et Juliette s’expriment au téléphone racontant clairement les activités, leur ressentis, les prochaines étapes du voyage…pas de doute, ils ont vraiment grandi !

Premier arrêt dans le pittoresque village blanc de Gaucin bordant la Serrania de Ronda.  Ce village attire des artistes et créateurs. C’est malheureusement dimanche et tout est fermé.

_DSC0140 IMG_3972

_DSC0149

Traditionnel repas sandwich dans un petit parc avant de reprendre la route circulant au milieu de ces collines d’Andalousie.

_DSC0147

Nombreux points de vue.

_DSC0151

Arrivés à Ronda, un petit verre rafraîchissant face à la Puerta de Almocabar s’impose après cette route sous la chaleur.

_DSC0153

Promenade dans le centre historique et le long des remparts.  Passage par les bains arabes (eux aussi fermés : nous sommes trop tard car ils ferment à 15h00 le dimanche…rezut). Le plus impressionnant est très certainement le Puente Viejo : pont monumental enjambant la gorge d’El Tajo, profonde de 100m où coule le Rio Guadelevin.

_DSC0161 _DSC0166

Retour sur Loustic pour un dernier apéro sur notre terrasse panoramique avec vue sur le fameux rocher de Gibraltar. Un peu de tri dans les vêtements des filles et on fait plaisir à la maman australienne, c’est la bonne pratique d’échange entre bateaux.

3 belles journées donc qui nous aurons permis de sillonner les collines d’Andalousie où se dressent ces ravissants villages blancs en équilibre périlleux sur leurs rochers escarpés, et puis de goûter pour un jour au charme de Tarifa et son spot mythique. Un avant-goût donc car c’est certain, nous y reviendrons!